Tattoo World n°1: Adam Guy Hays

C’est avec le talentueux Adam Guy Hays qu’Inspired inaugure sa nouvelle section dédiée au monde du tatouage. Nées de simples rencontres ou d’expériences plus personnelles, qu’ils soient tatoueurs ou artistes gravitant autour de ce vaste univers, c’est ici que nous présenteront en images ces personnalités qui nous inspirent.

Adam est un tatoueur américain qui a grandit au Texas et qui travaille actuellement chez Red Rocket Tattoo à New York. Il est connu pour avoir développé l’iconographie Star Wars revisitée old school dans le tatouage. Nous l’avons rencontré au musée Rodin à Paris, après son reçent passage à la prestigieuse London Tattoo Convention.

Comment ta passion pour le tatouage t’a t-elle amené à en faire ton métier?

Mon amour pour le tatouage a commencé jeune. J’ai toujours dessiné mais j’ai commencé à m’intéresser au tatouage au lycée. Ca me fascinait et j’ai poursuivi une carrière de tatoueur après avoir fini l’école. Ca a pris beaucoup de temps et j’ai dû essayer beaucoup de studios avant d’en trouver un qui m’enseigne quelque chose. J’ai été forcé d’en quitter la plupart avant de trouver un studio au Texas prêt à m’offrir un apprentissage. Ce n’était pas la meilleure éducation mais le salon était toujours noir de monde et j’en ai tiré beaucoup d’enseignements. Quelques années plus tard je me suis installé à New York où je réside actuellement. J’ai vraiment le sentiment que je dois les plus grandes avancées de ma carrière à cette ville. Elle vit à toute vitesse et transpire la compétition. Ca t’oblige à travailler dur pour rester pertinent. J’aime ce que je fais, mais je n’oublie jamais que c’est mon gagne pain. Appliquer cette rigueur de travail à ce que j’aime m’a énormément aidé.

Tattoo-9

Qu’est ce qui rend le tatouage unique à tes yeux?

J’aime vraiment toutes les facettes de cette forme d’art. Il y a tant de choses requises pour maîtriser cet artisanat. La base c’est le dessin où j’essaie toujours de m’améliorer. C’est une des composantes en perpetuelle évolution. Ensuite il y a le fait que le tatouage est fondamentalement un type d’ornementation et une grande partie de cette forme d’art repose sur la compréhension de la composition sur le corps humain: le mouvement et les lignes qui peuvent être ajoutées et qui permettent d’accentuer ou contraster certaines parties du corps. Il y a toujours le challenge de rester neuf et créatif, tout en évitant d’être trop répétitif.  Et enfin il y a la partie technique: connaître ses outils et ses machines, les aiguilles et les pigments, qui évoluent constamment tout en restant dans une certaine constante. C’est un medium incroyable où tous ces éléments doivent être associés pour créer une oeuvre d’art.

Tattoo-7

Comment t’es venu l’idée d’utiliser l’iconographie Star Wars dans le tatouage?

Quand j’étais jeune j’adorais Star Wars et je trouvais cette imagerie très versatile. Je voulais faire quelque chose qui me différencirait des autres tatoueurs en conventions et qui me ferait sortir du lot. J’ai commencé avec une série de flash que j’avais fait dix ans auparavant et que j’ai fait évoluer à partir de là. Il semble d’ailleurs que ça ait bien pris et ça s’est pas mal diffusé depuis, je vois ce type d’imagerie partout maintenant. Dans presque chaque ville où je vais maintenant on me demande des tatouages Star Wars que je revisite à ma manière.

Tattoo

Tu es incroyable en freehand, une pratique avec laquelle peu de tatoueurs se sentent à l’aise. Qu’est ce qui t’a attiré vers le tatouage à main levée?

Ca doit faire vraiment 3-4 ans que je ne fais plus que du tatouage à main levée. J’ai toujours été mauvais avec les carbones et je trouvais frustrant l’idée de créer un dessin en deux dimensions sur un bout de papier, qui devrait par la suite être apposé sur un canva en trois dimensions. Que ce soit un bras ou une jambe, les images se courbent et semblent toujours deformées. Ca me frustrait de poser plusieurs fois le carbone jusqu’à ce que ça sonne juste, jusqu’au jour où je me suis dit: et puis merde, je dessine avec des marqueurs à même la peau. En peu de temps je me suis senti plus à l’aise en travaillant de cette manière. Ca m’a donné une liberté que je n’avais pas avant et avec laquelle je suis beaucoup plus à l’aise, sans même parler du gain de temps sur la préparation des dessins.

Tattoo-6

Est-ce que ça a changé quelque chose pour toi d’être tatoué?

Etre tatoué est quelque chose qui m’est venu tout naturellement. C’est à la fois une armure et un bijou. C’est une expression extérieur de ce que je suis. J’ai des tatouages sérieux, comme des tatouages de nerd, d’autres sont tout simplement des souvenirs de qui j’étais étant plus jeune.

Tattoo-8

Une anecdote à ton sujet que l’on ignore sûrement ?

Une des meilleures choses de ce métier sont les voyages et les endroits où il m’a emmené. Je suis allé en Afrique du Sud pour une convention une année. Avant le début de l’événement, j’ai passé quelques temps dans le Parc National Kruger, dans lequel il y a plus de 160 espèces d’animaux qui se balladent en toute liberté. Des lions, des hyènes, des rhinos et des hippopotames, à l’état sauvage. Dans ce parc, tu peux te déplacer dans ta propre voiture, ce qui est plutôt atypique. En déambulant, je suis tombé sur un éléphant solitaire, et me suis arrêté pour le photographier. Il était à genre 5 mètres. J’ai pris quelques photos tandis qu’il traversait la route de terre devant moi. Je comptais le laisser finir de passer et continuer mon bonhomme de chemin. Le truc, c’est que le volant est inversé là bas, et une fois l’éléphant en plein milieu de la route, j’ai tranquillement passé ma vitesse pour filer. C’est en accélérant que je me suis rendu compte que je m’étais trompé de vitesse et le moteur s’est emballé dans un bruit assourdissant. Le boucant à fait peur à l’éléphant, qui s’est tourné droit vers moi et m’a foncé dessus. J’ai enclenché la marche arrière à toute berzingues et ai appuyé sur le champignon. L’animal ne m’a pas lâché pendant une bonne centaine de mètres, puis à finalement abandonné. C’était un de ces moments genre « OH PUTAIN ». Ce n’est pas tous les jours que tu te fais courser par un éléphant sauvage dans une voiture de location !

Tattoo-3

Adam Guy Hays sera en guest chez Hand In Glove à Paris au mois de mai 2014.

Entretien & Photos par Céline Aieta

 

Comments are closed.